La greffe de Châtaignier sur Chêne

 

Bonjour Monsieur Bourlès

Votre site greffer.com constitue une référence pour ce qui me concerne, sur le plan "technique".

Je suis croqueur de pommes de la section locale Nord Meusien, dite "Mouzay dans les Pommes"
que j'ai mise en place en 2014 après avoir fonctionné de manière satellite depuis 2009.

Une de mes caractéristiques étant de n'éluder aucun sujet, je tiens à vous faire remarquer que la
qualité de votre site est trop fortement nuancée par le règlement de comptes que j'observe entre
vous et les Croqueurs de Pommes. Je ne me nourris jamais du rapport de forces,
il est contre-productif à mon avis.

Voilà, c'est dit.

Autrement, l'objet de mon courriel est une question que je vois resurgir régulièrement dans les
discussions avec des forestiers locaux, à savoir qu'il serait possible de greffer du Châtaignier sur
du Chêne.

Pouvez-vous m'apporter votre expertise sur le sujet, je vous en saurais gré.

Très cordialement - François Schenini (55700 Mouzay)

 

Bonjour Monsieur Schenini,


La conquête spatiale progresse par l'échec.
En matière de greffe on n'apprend que par la réussite !


La réponse à votre question était traitée par l'excellent site de Patrice Dumas : greffer.net.

Avec Patrice nous avions une certaine complicité et c'est lui qui m'avait prévenu quand le malfaisant Scribe s'était enregistré sous le pseudo Chioggia.

Comme je réussi la greffe de la noix de Bouix qui débourre début mai, en prélevant mes greffons début décembre, la Franquette en prélevant mes greffons début février, et la noix de la St Jean qui débourre début juillet en prélevant les greffons le jour où je greffe, j'avais initié sur son site une discussion sur la stratification ou la non-stratification des greffons.

Je pensais pouvoir établir, en échangeant avec les internautes, un calendrier de prélèvement des greffons, mais vos dirigeants de M. en ont décidé autrement. Ils ont harcelé et même menacé Patrice Dumas au téléphone, et ce, jusqu'à qu'il accepte de me radier de son site. Patrice aurait dû porter plainte.

Voilà, c'est dit.


En matière de greffe on n'apprend que par la réussite !


Eh bien, sur le site de Patrice il y avait un article entier sur le châtaignier greffé (peut-être sur chêne rouvre) dans la Sarthe, avec photos à l'appui.

Dans la littérature ancienne, il est aussi question de greffes réussies sur chêne Mirbeck. Personnellement j'avais réussi une greffe sur quercus robur à 29560 Argol et aussi été témoin d'une greffe réussie chez un particulier sur la commune de 05000 Neffes.

Pour vous aider à trouver la meilleure compatibilité chêne-châtaignier, voici le tableau de la classification des chênes / section des Lepidobalanus.
J'aurai une préférence pour la sous-section des Cerris.
Mais attention : On peut greffer un persistant (ou un semi-persistant) sur un caduque, mais jamais l'inverse.


Le site de Patrice étant fermé, vous trouverez des informations sur le chêne greffé dans la Sarthe sur :
https://krapooarboricole.wordpress.com/2010/04/25/chene-chataignier-saint-mars-doutille-sarthe/

Avec une grosse bêtise dans le texte : "... greffe particulière de châtaignier sur chêne (bien utile en terrain calcaire)".


Sur la photo publiée sur le site de Patrice on voyait l'arbre greffé avec à coté un châtaignier franc de pied !

Le fait est que : OUI la greffe de châtaigner sur chêne est possible, mais NON elle ne sera jamais utile en terrain calcaire.

Le porte-greffe ne "filtre" pas le calcaire !

Je n'ai pas l'expertise scientifique pour vous en expliquer le mécanisme, mais en terrain neutre ou acide tout va bien (comme dans la Sarthe),
par contre en terrain calcaire le greffon ne survit pas au-delà d'un à deux ans !


En espérant avoir répondu au mieux, bien cordialement,
JF Bourlès